jeudi, décembre 9, 2021
Accueil SOCIETE Femme rurale et Covid-19 : Des stratégies pour trouver des pistes de...

Femme rurale et Covid-19 : Des stratégies pour trouver des pistes de résilience

Ce vendredi 15 octobre 2021, sera célébrée la journée internationale des femmes rurales. Pour cette année, en réponse au contexte lié à la crise sanitaire de la Covid-19, le thème portera sur : “Renforcer la résilience des femmes rurales à la suite de la Covid-19”.  

Au Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, le projet Voix et leadership des femmes au Sénégal (VLF-Sénégal), fait entendre les préoccupations des communautés à travers l’organisation d’une grande mobilisation sociale. Ce projet mis en œuvre par le Centre d’étude et de coopération internationale ( CECI) grâce à l’appui financier du gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, vise l’exercice accru des droits humains des femmes et des filles et le progrès en matière d’égalité des sexes au Sénégal.           

Cette grande rencontre mise en œuvre conjointement par cinq organisations partenaires du projet VLF-Sénégal sera l’occasion de réfléchir et d’échanger sur le rôle de la femme en milieu rural, dans un contexte où l’impact de la Covid-19 commence à faire ses effets avec la cherté des denrées de première nécessité (riz, huile, sucre, etc.).

L’activité se tiendra à Diender, sur la route de Bayakh, dans la région de Thiès, au siège de la Fédération des agro-pasteurs de Diender qui héberge le Réseau national des femmes rurales du Sénégal (RNFRS).  La section sénégalaise de Women in law and developpement in Africa ( WILDAF Sénégal), l’Association Rurale de Lutte contre le Sida (ARLS), le Directoire National des Femmes en Elevage (DINFEL), le Rassemblement Sénégalais pour le Bien-Etre de la Femme (RASEBEF), en plus du Réseau National des Femmes Rurales du Sénégal ( RNFRS) sont les cinq organisations partenaires de VLF-Sénégal qui ont mutualisé leurs forces pour l’organisation de cette journée qui regroupera près de trois cent femmes venues de différentes localités du pays.

Il s’agira de partager et d’échanger avec les femmes rurales sur les stratégies de sortie de crise pour une sécurité alimentaire et de résilience pendant et après les pandémies et catastrophes naturelles, autour du thème « Femmes rurales et sécurité alimentaire dans un contexte de Covid-19 : Quelles stratégies pour une sortie de crise ».

« L’idée est d’échanger entre femmes et , avec les femmes sur leurs rôles et responsabilités par rapport à la sécurité alimentaire de la famille, de partager des solutions issues de leurs différentes expériences sur le droit d’accès sécurisé au foncier ainsi que les stratégies et alternatives pour une bonne alimentation », a-t-on indiqué dans le document de presse.

En plus des problèmes liés à l’impact de la crise de la Covid-19, les femmes rurales font face à beaucoup de défis tels que celui de l’accès aux terres ou pis encore, au manque criard de semence pour leurs champs si ce n’est le difficile accès aux ressources financières nécessaires qui leur permettent d’exploiter et de sécuriser leurs terres.

Bien qu’elles soient les premières engagées dans la recherche d’alternatives, les difficultés auxquelles elles font face pour accéder au foncier constituent un frein. Malgré le fait qu’elles représentent 70 % de la population rurale active, elles ne détiennent que 13 % des terres agricoles, demeurant ainsi quasiment exclues du système d’attribution individuelle des terres, avec 81,50% d’entre elles qui exploitent des terres qui ne leur appartiennent pas.

Sur le plan de la santé, le faible pouvoir de décision de la femme enceinte ainsi que son accès presqu’inexistant aux ressources financières constituent entre autres les causes principales de la mortalité maternelle, surtout avec les moyens de déplacement qui font défaut et le manque d’agent-e-s dans le domaine. En plus des difficultés liées à leur accès aux services et soins de santé de qualité, elles sont confrontées à des problèmes d’évacuation sanitaire, certaines devant recourir à des moyens de transport à risque comme des charrettes pour accéder à l’hôpital le plus proche.

Par ailleurs, les perturbations des chaînes d’approvisionnement sanitaires mondiales ont des conséquences socio-économiques désastreuses, rendant les femmes rurales doublement touchées par les effets de la Covid-19 ; d’où la nécessité pour les gouvernements d’assurer la continuité de la fourniture des services essentiels dont la planification familiale, l’accouchement et la vaccination.

Pire, les femmes enceintes peuvent ne pas vouloir se rendre à l’hôpital, par peur d’attraper le virus de la Covid-19, une peur qui pourrait pousser plusieurs femmes à accoucher à la maison, avec tous les dangers contribuant ainsi à un nombre accru de décès maternels enregistrés, car Si certaines ont succombé, d’autres y ont perdu leur enfant.

Pour rappel, la Journée internationale des femmes rurales a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations-Unies dans sa résolution A/RES/62/136 du 18 décembre 2007. Célébrée pour la première fois le 15 octobre 2008, cette journée reconnaît le rôle et l’apport décisif des femmes rurales, notamment autochtones, dans la promotion du développement agricole et rural, l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’élimination de la pauvreté en milieu rural.

sources: seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

Les plus populaires

Femme rurale et Covid-19 : Des stratégies pour trouver des pistes de résilience

Ce vendredi 15 octobre 2021, sera célébrée la journée internationale des femmes rurales. Pour cette année, en réponse au contexte lié à la crise...

Emploi Des Jeunes: Quel Secteur Pour Résoudre L’équation?

Le chômage est la  première force d’opposition contre les régimes politiques au Sénégal, vu l’importante frange de la population frappée par le phénomène. De...

Conseil Présidentiel sur l’insertion et l’emploi des jeunes : la DER doit changer radicalement de paradigme !

La Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), objet de toutes les critiques ces derniers jours devait pourtant recevoir des encouragements...

Seynabou Dia parmi les 40 femmes africaines les plus inspirantes des métiers de la Communication et des Médias…

Pour la première fois, Naole Média, le média de la communication en Afrique francophone, établit un listing des 40 femmes africaines les plus inspirantes...